Les Français paient 2,5 milliards d'euros par an de leur poche en frais dentaires

Source: Les Echos

Si il y a bien un secteur concerné par un reste à charge non négligeable pour les Français, c'est le dentaire! 2,5 milliards d'euros c'est ce que nous payons de notre poche par an pour assurer nos soins dentaires. Du simple au double pour le prix d'une prothèse dentaire selon votre département, le reste à charge moyen pour un patient après prise en charge de sa mutuelle est de 140 euros environ.

Les syndicats de chirurgiens-dentistes en sont bien conscients et ce qui selon eux crée un tel écart des prix et donc une inégalité dans l'accès des soins dentaires c'est le fait que l'Assurance Maladie se base toujours sur une nomenclature et grille tarifaire obsolète pour rembourser les soins courants tels que le détartrage, le traitement des caries, l'extraction d'une dent et pour avoir une activité rentable en fonction de la taille du cabinet et de sa localisation, les professionnels sont obligés d'ajuster les prix des prothèses dentaires en applicant des dépassements d'honoraires qui représentent plus de 70 % des honoraires des chirurgiens-dentistes. 

Une concertation va donc commencer au mois de mars entre les syndicats, l'Assurance-maladie et, pour la première fois, les acteurs de la complémentaires santé afin de trouver une solution à ces dérives d'un système qui ne peut plus continuer ainsi. En effet, les soins dentaires représentent 10 milliards d'euros par an dont les deux tiers sont remboursés par la Sécurité sociale et les complémentaires santé, mais 25% de cette dépense reste à la charge des patients, peut-on aujourd'hui lire dans les Echos. Les dépassements d'honoraires des dentistes progressent eux de plus de 5 % par an et impactent sur le prix des garanties des complémentaires santé. C'est ainsi que les soins dentaires sont  la cause dans deux-tiers des cas de renoncement aux soins, d'après l'Irdes, tandis que la Cour des Comptes montre dans un rapport récent que ces difficultés d'accès créent des inégalités visibles : « 45 % des ouvriers non qualifiés déclarent au moins une dent manquante, contre 29 % des cadres ».

Les syndicats réclament par ailleurs une revalorisation de la consultation au même niveau que celle des médecins (23 euros). Coût pour la Sécurité sociale : 10 millions d'euros. En ces temps de restrictions budgétaires, les négociations ne font donc que commencer...

Cette page vous a intéressé? Partagez-la sur les réseaux sociaux et posez vos questions à nos professionnels de santé.

Articles récents