Mutuelle !
Trouver la mutuelle santé adaptée à vos besoins
1
Remplissez votre formulaire en seulement 2 minutes.

2
Recevez gratuitement une réponse d'un professionnel.

3
Finalisez votre demande.

Les objets connectés dans le domaine de la santé et leurs bénéfices

Source: Fourmi Santé

Définition objets connectés santé : On désigne par le terme de santé connectée tout un ensemble de systèmes technologiques qui ont pour but de préserver de manière durable la santé. Les objets connectés vont enregistrer de nombreuses données quant à l'activité du corps, pour en faire un compte-rendu détaillé sur ordinateur, tablette ou smartphone. On parle désormais de l'ère du web 3.0, l'internet des choses et objets connectés. Un secteur en plein expansion : la société de conseil Gartner évalue à 30 milliards le nombre d'objets connectés en 2020, versus 6,4 milliards à ce jour.

Les points communs entre ces objets IOT : connaître, dépister, surveiller et coacher

Deux usages peuvent être distingués quant à ces objets connectés. Soit une utilisation purement personnelle, pour aider la personne à auto-évaluer sa forme, à perdre du poids, à faire du sport ; on parle alors de « quantified self ». Soit une utilisation qui prend place dans un suivi médical, pour aider l'intéressé à bien prendre son traitement, à contrôler ses constantes ou encore à mesurer sa glycémie.

Mieux se connaître (Santé connectée)

Dans les deux cas, l'objectif est le même : mieux se connaître afin d'améliorer son état de santé, devenir acteur de sa santé. Le suivi offert par l'objet connecté, qu'il s'agisse par exemple d'un tensiomètre, d'un pulsomètre ou encore d'un cardiofréquencemètre, permet d'alerter la personne quand elle se situe dans une zone rouge (tension trop élevée, arythmie, pouls trop rapide). Elle pourra ainsi rapidement contacter un médecin. Les données peuvent en outre être communiquées à ce dernier, pour lui donner de précieux renseignements utiles au diagnostic.

Il ne lui est en effet pas toujours possible d'obtenir ces informations au moment de la consultation. Les glucomètres pour diabétiques permettent notamment de surveiller le taux de glucose, de suivre l’évolution de la glycémie et de partager les données avec le médecin.

Surveillance à domicile (Santé connectée)

L'objet connecté permet en outre une surveillance à domicile. Pour les personnes âgées, les places en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou à l’hôpital sont rares. La télésurveillance médicale apparaît alors comme une solution : ces technologies permettent au médecin de surveiller et interpréter à distance les paramètres médicaux de ses patients.

Côté télésurveillance à domicile, les personnes âgées peuvent par exemple être munies d'un bracelet doté d'un bouton à presser en cas de chute ; une plate-forme d'assistance prévient alors immédiatement les secours, pour une rapide prise en charge. Pour les malades d’Alzheimer, les bracelets géolocalisés alertent un service d’assistance quand la personne sort d’un périmètre géographique, et facilitent sa localisation.

Prise en main de sa santé (Santé connectée)

Enfin, ces objets connectés permettent une meilleure prise en main de sa santé, en se fixant des objectifs, comme un nombre de pas à effectuer chaque jour, et en mesurant leur atteinte. Il a ainsi été observé qu'une personne possédant un objet connecté calculant le nombre de pas effectué quotidiennement, marchait davantage ; un gain de 2000 pas en moyenne, ce qui n'est pas négligeable quand on sait que l'OMS recommande d'en faire 10 000 par jour.

Plus on se mesure, et plus on fait attention. Réaliser des auto-mesures permet de modifier ses habitudes en terme de sport ou d'alimentation par exemple. Les efforts sont en effet valorisés et encouragés.

Tour d'horizon des objets connectés en matière de santé

Les bracelets connectés

Les bracelets connectés sont en plein essor. Leur désormais grande autonomie permet de les porter en permanence. Ils peuvent par exemple renseigner sur le niveau d'activité physique, en donnant le nombre de pas et de kilomètres parcourus, la vitesse de déplacement ou encore le nombre de calories brûlées.

Ils indiquent également si l'objectif est ou non atteint. D'autres renseignent sur le niveau d'exposition au soleil, pour prévenir les coups de soleil. Ils donnent des renseignements sur l'indice de crème solaire à utiliser, pour se protéger au mieux des effets délétères des UV sur la peau. Une troisième catégorie enfin enregistrent les battements du cœur de leur porteur ou la qualité de sommeil, ainsi que les constantes.

La balance connectée

Plus de 6% des Français possèdent aujourd'hui une balance intelligente, laquelle leur permet de suivre leur poids et leur Indice de Masse Corporelle. L'ordinateur ou le téléphone reçoit instantanément les informations. L'utilisateur peut ainsi suivre sa courbe de poids, et vérifier si ses objectifs sont atteints.

Certaines marques associent ce dispositif à un coaching en ligne pour offrir une aide supplémentaire à la personne.

Les objets connectés du quotidien

Désormais, brosses à dents, vêtements et fourchettes se déclinent en version connectée. La première fournit de nombreuses indications sur la manière dont on se brosse les dents, notamment sur les zones nettoyées et le temps de brossage. Puis elle donne des conseils pour améliorer le brossage. Les vêtements embarquent des capteurs pour mesurer le rythme cardiaque ; des combinaisons pour bébé indiquent sa température, son rythme respiratoire, ses mouvements et ses pleurs.

Le maillot de bain intelligent prévient les coups de soleil en intégrant des capteurs d'UV. La fourchette connectée a été quant à elle conçue pour limiter la vitesse à laquelle on mange et ainsi restreindre ses apports caloriques.

Des objets connectés médicaux

Si les objets précédents peuvent s'apparenter à ses gadgets, d'autres en revanche améliorent grandement la vie des malades et les aider à bien observer leur traitement. Le pilulier intelligent est une boîte qui envoie un signal d'alerte au moment de prendre son traitement. Les personnes souffrant d'hypertension ont à leur disposition un appareil qui leur permet de suivre en permanence leur tension. Les données peuvent être imprimées et transmises à leur médecin.

Les lentilles de contact pour diabétique, actuellement à l'étude chez Google, permettraient de mesurer le taux de glucose dans les larmes, pour aider les malades à la surveillance de leur glycémie. A l'étude chez Apple, une montre connectée scruterait les sons émis par le sang afin de déceler les premiers signes d'un infarctus du myocarde, pour permettre une prise en charge rapide du patient.

Le statut de ces objets pour les professionnels

Un sondage réalisé en 2015 par Odoxa (Odoxa Baromètre 360 : la santé connectée) indique que 67 % des Français (et 81 % des patients) estiment que les objets connectés reliés au suivi de la santé devraient être pris en charge par la Sécurité sociale. Or, pour l'instant, ce n'est pas le cas. Seuls certains de ces objets le sont, sous des conditions drastiques : ils doivent être prescrits par le médecin et inscrits sur la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) au titre de dispositif médical à usage individuel (Article L. 165-1 du Code de la sécurité sociale). Ce sont par exemple les lecteurs de glycémie, les électrodes, les stylos injecteurs ou encore les appareils de mesure de la coagulation.

Or, selon l'Observatoire des usages numériques en santé (3e baromètre VIDAL – CNOM, 12 février 2015. L’utilisation des Smartphones chez les médecins), les médecins sont de plus en plus nombreux à conseiller des applications mobiles à leurs patients, mais aussi des appareils connectés. Dans son livre blanc « La santé connectée, de la e-santé à la santé connectée », le conseil national de l'ordre des médecins (CNOM), préconise quant à lui un remboursement de la santé connectée par la Sécurité sociale. Selon le sondage réalisé en 2015 par Odoxa, 70% des médecins estimeraient que les objets connectés sont particulièrement adaptés aux patients souffrant de maladies chroniques. Ils sont considérés comme un moyen d'autonomie et de responsabilisation des patients vis-à-vis de leur maladie. Pour 81% d'entre eux, la santé connectée constituerait une opportunité pour la qualité des soins.

Plus récemment encore, un rapport d'information sur les objets connectés examiné le 10 janvier 2017 par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale recommande la prise en charge « au moins partielle » par l'assurance maladie des objets participant à la politique de prévention à destination des populations fragiles.

Côté mutuelles, les assureurs s'interrogent sur le possible remboursement de ces objets connectés, dès lors qu'ils permettraient un meilleur accompagnement des malades et s'inscriraient dans une démarche de prévention santé. Déjà, certaines offres proposent un forfait annuel pour prendre en charge de petits appareils médicaux connectés.

Cette page vous a intéressé? Partagez-la sur les réseaux sociaux et posez vos questions à nos professionnels de santé.

Articles récents

  • Les micronutriments

    Lire la suite
  • Les objets connectés dans le domaine de la santé et leurs bénéfices

    Lire la suite
  • Changement du prix de la consultation médicale chez le médecin généraliste

    Lire la suite