La gastro-entérite s’est propagée dans tout l’Hexagone

Les maux de l'hiver
Source: Fourmisante

Il y a deux semaines, l’épidémie de gastro-entérite franchissait le seuil épidémique de 283 cas pour 100 000 habitants. Avec une moyenne nationale de 410 cas pour 100 000 habitants au cours de la première semaine de l’année 2013, le virus s’est peu à peu propagé dans l’ensemble du pays.

L’épidémie de gastro-entérite qui sévit en France depuis deux semaines a pour le moment entraîné 500 000 consultations médicales, selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm (dont seulement 0,6% d’hospitalisations). L’âge moyen des personnes concernées est de 36 ans mais 95% des départs des 105 foyers enregistrés depuis fin octobre 2012 proviennent de maisons de retraite.

Les régions les plus fortement touchées par le virus sont à ce jour (par ordre décroissant) :

  • l’Aquitaine (743/100 000),
  • la Picardie (736/100 000),
  • la région Midi-Pyrénées (639/100 000),
  • le Languedoc-Roussillon (555/100 000),
  • le Limousin (514/100 000),
  •  le Centre (482/100 000),
  • la Basse-Normandie (479/100 000),
  • le Nord-Pas-de-Calais (463/100 000),
  • la Haute-Normandie (440/100 000),
  • la région Poitou-Charentes (410/100 000).

Si l’épidémie a été plus marquée cette saison que l’an passé (mais comparable à celle de 2010-2011), cela s’explique par des températures relativement douces cet hiver, notamment au moment des fêtes de fin d’année.

Très contagieuse, la gastro-entérite virale se propage essentiellement en hiver de personne à personne, par les aliments et l’eau contaminés. Néanmoins, si les modèles prévisionnels de l’Inserm (basés sur des données historiques) se réalisent, «le niveau d'activité des diarrhées aiguës devrait commencer à diminuer cette semaine».

Pour éviter d’être contaminé ou de propager le virus, quelques rège d’hygiène de base doivent être respectées, notamment se laver les mains régulièrement (en rentrant chez soi, en préparant à manger, en passant à table, après être allé aux toilettes, avant et après avoir changé un bébé…), éviter de partager des couverts ou de boire dans le même verre qu’une autre personne.

Rappelons néanmoins que, de façon générale, les gastro-entérites virales disparaissent d’elles-mêmes au bout de quelques jours (un à trois en moyenne). Il faut, pendant ce temps :

  • de préférence rester chez soi pour éviter de contaminer son entourage,
  • bien aérer son intérieur pour renouveler l’air,
  • faire en sorte de bien s’hydrater (environ deux litres par jour pour un adulte, en tenant compte des soupes, des bouillons, des tisanes…) pour compenser les diarrhées qui accompagnent cette infection,
  • dans la mesure du possible, conserver une alimentation normale (saine) mais fractionnée en privilégiant les féculents,
  • consommer des yaourts pour aider à réguler le transit grâce aux ferments lactiques qu’ils contiennent.
  • éviter les fruits frais, la banane mûre exceptée,
  • préférer les compotes et d’une façon générale ne pas consommer de fibres végétales telles qu’on en trouve dans les fruits frais et les légumes verts.

Pour les nourrissons et les bébés, consulter peut être préférable pour éviter tout risque de déshydratation, d’autant qu’ils sont plus sensibles au virus. Soulignons que les solutés de réhydratation orale sont remboursés par la Sécurité sociale lorsqu’ils ont fait l’objet d’une prescription médicale.

Cette page vous a intéressé? Partagez-la sur les réseaux sociaux et posez vos questions à nos professionnels de santé.