Certains médicaments contre le rhume pointés du doigt

Les maux de l'hiver
Source: Le Figaro

Le service de Pharmacovigilance du CHU de Toulouse dirigé par le Pr Montastruc pointe du doigt une quinzaine de médicaments à base de pseudoéphédrine destinés à lutter contre le rhume. Ceux-ci risqueraient d’augmenter le risque d'infarctus et d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Il existe une quinzaine de médicaments à base de pseudoéphédrine qui sont destinés à lutter contre le rhume et qui sont vendus sans ordonnance. La pseudoéphédrine est un vasoconstricteur qui semble pourtant poser problème rapporte le bulletin d'information de Pharmacologie du CHU de Toulouse.

En effet, selon les médecins auteurs de ce rapport, des médicaments tels que :

contiennent de la pseudoépéhédrine chlorhydrate (30 ou 60 mg en fonction du médicament) et présentent donc de véritables dangers pour la santé (surtout avec les formes orales).

Ainsi, alors que le rhume est une maladie bénigne, ces médicaments augmentent le risque d’être victime de poussées d’hypertension, de convulsions, d’un AVC, d'un infarctus du myocarde ou d’une angine de poitrine. Tous ces médicaments sont par ailleurs contre-indiqués chez les personnes hypertendues ou ayant des antécédents cardio-vasculaires.

La liste des effets indésirables, si elle est bien présente sur la notice des médicaments et qu’elle énonce les risques encourus, a tendance à être ignorée par  les patients. Pour le docteur Emmanuelle Bondon-Guitton qui a participé au rapport, « il faut éviter ces médicaments dont le risque est inacceptable au vu de la pathologie et préconiser plutôt l'utilisation du sérum physiologique ».

Le seul traitement à être parfaitement inoffensif reste en effet le lavage du nez au sérum physiologique en attendant de une semaine à une dizaine de jours que les symptômes finissent par disparaître d'eux-mêmes.

Cette page vous a intéressé? Partagez-la sur les réseaux sociaux et posez vos questions à nos professionnels de santé.