L' allergie au soleil

L'allergie
Source: Fourmisanté

L’allergie au soleil prend également le nom de lucite estivale bénigne et elle concerne près de 10% de la population. Ce sont les femmes entre 20 et 35 ans qui sont sujettes à ce type d’allergie.

Le cas de l’allergie au soleil est particulier dans la mesure où on n’a jamais pu prouver que c’était bel et bien les rayons solaires qui étaient à l’origine de la réaction allergique. Certains scientifique estiment toutefois que ce sont bien les rayons ultraviolets A (UVA) qui sont à l’origine de la lucite.

Il faut distinguer ce type d’allergie des photoallergies dues à la prise d’un traitement photosensible. (médicaments contre le diabète, l’épilepsie ou l’hypertension, par exemple). Ils entraînent des éruptions cutanées qui démangent fortement.

Symptômes en cas d’allergie au soleil


La lucite estivale bénigne se manifeste dans les heures qui suivent une exposition solaire. Elle se présente sous la forme de boutons rouges ou de vésicules qui démangent (prurit), en particulier sur les zones qui ont été exposées (cependant, le visage n’est que très exceptionnellement concerné).

Ces symptômes persistent et s’accentuent à chaque nouvelle exposition. Ils ont en revanche tendance à s’atténuer avec le bronzage.

Il existe une autre forme d’allergie au soleil : la lucite polymorphe. Une lumière solaire de faible intensité suffit à la faire apparaître. Comme en cas de lucite estivale bénigne, les symptômes cutanés sont des boutons, voire des plaques rouges ou des boutons roses regroupés.

Le prurit est intense mais soulagé à l’ombre.

Pour aller plus loin

Cette page vous a intéressé? Partagez-la sur les réseaux sociaux et posez vos questions à nos professionnels de santé.

Articles récents