Traitement pour la fibromyalgie

Source: Fourmisanté

Même lorsqu’elle est diagnostiquée, parfois après de longues années, la fibromyalgie reste difficile à traiter. Il s’agit d’une maladie chronique dont on ne peut pas espérer guérir à proprement parler.

D'autres sujets sur la fibromyalgie:

Définition de la fibromyalgie : qu'est ce que c'est

Douleurs et symptômes de la fibromyalgie

Diagnostic différentiel de la fibromyalgie

Troubles associés à la fibromyalgie

 

Il est toutefois possible d’être périodiquement soulagé de ses douleurs. D’autres fois celles-ci seront stables ou momentanément aggravées, toutes les phases existent.

Pour les périodes douloureuses il existe des traitements médicamenteux mais tous ne sont pas efficaces. De plus, il ne faut pas négliger l’aspect psychologique qui est fondamental dans cette pathologie.

Différents spécialistes travaillent généralement de concert pour venir en aide aux personnes atteintes de fibromyalgie :

  • le médecin généraliste,
  • le rhumatologue,
  • le kinésithérapeute,
  • le psychologue,
  • le rééducateur fonctionnel,
  • l’ergothérapeute…

C’est un travail pluridisciplinaire qui permettra d’obtenir les meilleurs résultats.

 

Médicaments contre la fibromyalgie

Dans tous les cas, le médecin n’a pas pour objectif de vous guérir mais de vous soulager. Il ne peut de toute façon pas espérer faire mieux.

Antalgiques

Les antalgiques sont les médicaments les plus couramment employés pour lutter contre la fibromyalgie. La douleur étant le symptôme le plus handicapant de cette maladie, la limiter est essentiel.

Les antalgiques classiques et les anti-inflammatoires ne permettent pas de soulager les douleurs des personnes fibromyalgiques. C’est donc souvent le Tradamol qui est prescrit.

Il se révèle généralement plus efficace que d’autres antidouleurs. Certains médecins l’associent au paracétamol.

Médicaments antiépileptiques

Bien qu’habituellement réservés aux douleurs de type neurologiques, les antiépileptiques de nouvelle génération se révèlent efficaces dans le soulagement de la douleur ressentie par les personnes atteintes de fibromyalgie.

Il s’agit d’antiépileptiques tels que :

  • le topiramate (Epitomax),
  • la gabapentine (Neurontin),
  • la prégabaline (Lyrica).

Remarque : certains patients ne constatent aucune amélioration de leurs symptômes avec ce type de traitement. Dans tous les cas, la prise doit être très progressive et placée sous surveillance médicale.

Antidépresseurs

Des antidépresseurs sont parfois prescrits (l'Amitriptyline, la Fluoxétine, la Paroxetine, le Citalopram). Ils permettent de :

  • soulager les douleurs (action antalgique),
  • limiter les troubles du sommeil,
  • stabiliser les troubles de l’humeur.

Ils sont utilisés à faible dose et se montrent particulièrement efficaces pour lutter contre les douleurs (parfois sans amélioration de l’humeur).

Les plus utilisés sont :

  • les anti-dépresseurs tricycliques,
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (fluoxétine, citalopram),
  • les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (minalcipran, duloxétine, venlafaxine).*

Ils sont dans certains cas associés aux antiépileptiques bien que cela reste très contesté.

Mésothérapie

La mésothérapie (des injections de Porocaïne et d’un corticoïde) se révèle efficace bien qu’elle doive être pratiquée avec modération.

 

 

Exercices contre la fibromyalgie

Il est essentiel de faire quelques exercices physiques doux lorsqu’on souffre de fibromyalgie.

De façon générale tous les exercices d’étirement, d’élongation et d’assouplissements sont recommandés.

Il ne faut pas ou lier que les approches non médicamenteuses sont fondamentaux dans le traitement de la fibromyalgie.

 

 

Traitements naturels de la fibromyalgie

Des remèdes qui peuvent profiter aux personnes souffrant de fibromyalgie existent.

C’est le cas de :

  • l’application de chaleur qui détend les muscles,
  • les cures thermales,
  • les séances de psychothérapie ou de thérapie comportementale.

L’objectif sera de déterminer les situations ou les peurs susceptibles de déclencher ou d’aggraver les douleurs et de travailler dessus.

Il sera également indispensable de réfléchir à vos objectifs et aux motivations qui pourraient vous aider à les atteindre.

 

*Société Française de Rhumatologie

Cette page vous a intéressé? Partagez-la sur les réseaux sociaux et posez vos questions à nos professionnels de santé.

Articles récents